17.8.14

Hommage aux Africains



L'armée de Juin eut environ 5 000 tués Maghrébins. (Cette "armée d'Afrique" était composée d'"Européens" (dont des juifs) à 50 %. Les Maghrébins se battaient pour l'indépendance de leurs pays.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Corps_exp%C3%A9ditionnaire_fran%C3%A7ais_en_Italie

De 1954 à 1962, il y eut environ 30 000 soldats français tués lors des événements d'Algérie... Ne parlons pas des massacrés civils... qui sont environ au nombre de 4 à 6 000.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d%27Alg%C3%A9rie (wikipedia guerre d'Algérie)

Pourquoi donc rendre un hommage raciste à ceux qui ont chassé les Français sans hésiter à en tuer des dizaines de milliers ?

Prière de guérison de la généalogie (Baruch 3,1-8)

Baruch fut un disciple, dit-on, de Jérémie. Son texte nous est parvenu en grec (preuve qu'il est absurde de séparer la culture hébraïque de la culture gréco-latine). Il a vécu au temps de la déportation de Babylone.

Dans la prière de "guérison de l'arbre généalogique" le prêtre italien don Pompei publie en finale du texte de prière qu'il a composé, cet extrait du prophète Baruch:

Plutôt que de traduire de l'italien, je prends la traduction Fillion prise de la Vulgate.

Tiré de (traduction Fillion) Magnificat http://magnificat.ca/
Ba 3,1. Maintenant donc, Seigneur tout-puissant, Dieu d'Israël, c'est une âme dans l'angoisse et un esprit anxieux qui crie vers Vous.
Ba 3,2. Ecoutez, Seigneur, et ayez pitié, car Vous êtes un Dieu compatissant; ayez pitié de nous, parce que nous avons péché devant Vous;
Ba 3,3. car Vous trônez éternellement, et nous, périrons-nous à jamais?
Ba 3,4. Seigneur tout-puissant, Dieu d'Israël, écoutez maintenant la prière des morts d'Israël, et des enfants de ceux qui ont péché devant Vous, et qui n'ont point écouté la voix du Seigneur leur Dieu, de sorte que les maux se sont attachés à nous.
Ba 3,5. Ne Vous souvenez pas des iniquités de nos pères; mais souvenez-vous, en ce temps-ci, de Votre main et de Votre nom,
Ba 3,6. car Vous êtes le Seigneur notre Dieu, et nous Vous louerons, Seigneur;
Ba 3,7. car c'est pour cela que Vous avez mis Votre crainte dans nos coeurs, afin que nous invoquions Votre nom, et que nous publiions Vos louanges dans notre captivité, en nous convertissant de l'iniquité de nos pères qui ont péché devant Vous.
Ba 3,8. Et voici que nous sommes aujourd'hui dans cette captivité, où Vous nous avez dispersés pour être un sujet d'opprobre et de malédiction, et un exemple de la peine due au péché, selon toutes les iniquités de nos pères qui se sont retirés de Vous, Seigneur notre Dieu.

Traduction de la Vulgate (saint Jérome):

« 1 Et nunc, Domine omnipotens, Deus Israël,
anima in angustiis, et spiritus anxius clamat ad te.
2 Audi, Domine, et miserere,
quia Deus es misericors :
et miserere nostri, quia peccavimus ante te :
3 quia tu sedes in sempiternum,
et nos, peribimus in ævum ?
4 Domine omnipotens, Deus Israël,
audi nunc orationem mortuorum Israël,
et filiorum ipsorum qui peccaverunt ante te,
et non audierunt vocem Domini Dei sui,
et agglutinata sunt nobis mala.
5 Noli meminisse iniquitatum patrum nostrorum,
sed memento manus tuæ et nominis tui in tempore isto :
6 quia tu es Dominus Deus noster,
et laudabimus te, Domine :
7 quia propter hoc dedisti timorem tuum in cordibus nostris,
et ut invocemus nomen tuum,
et laudemus te in captivitate nostra,
quia convertimur ab iniquitate patrum nostrorum,
qui peccaverunt ante te.
8 Et ecce nos in captivitate nostra sumus hodie,
qua nos dispersisti in improperium,
et in maledictum, et in peccatum,
secundum omnes iniquitates patrum nostrorum,
qui recesserunt a te, Domine Deus noster. »

13.8.14

Sur l'immoralité de la spéculation: de monsieur Soral au Compendium de doctrine sociale

Complétant mon commentaire d'hier au sujet de la vidéo de monsieur Soral, j'ajoute:

Comme tout marxiste monsieur Soral condamne la « spéculation » qui serait le fait d'une certaine catégorie d'humains. D'un autre côté, il exalte l'entrepreneur. L'entrepreneur pourrait gagner beaucoup d'argent, ce serait légitime, le spéculateur ne serait qu'un parasite et tout son gain serait immoral.

La question n'est pas aussi simple.

Lisons-donc le Compendium de doctrine sociale (282.1) à ce propos:

« Les moyens de production « ne sauraient être possédés contre le travail, et ne peuvent être non plus possédés pour posséder ».606 Leur possession devient illégitime quand la propriété « n'est pas valorisée ou quand elle sert à empêcher le travail des autres pour obtenir un gain qui ne provient pas du développement d'ensemble du travail et de la richesse sociale, mais plutôt de leur limitation, de l'exploitation illicite, de la spéculation et de la rupture de la solidarité dans le monde du travail ».607

606Jean-Paul II, Encycl. Laborem exercens, 14: AAS 73 (1981) 613.

607Jean-Paul II, Encycl. Centesimus annus, 43: AAS 83 (1991) 847. »

La propriété privée est illicitement exercée lorsque les biens ne sont pas exploités, mais laissés à l'abandon parfois en vue de la spéculation. Dans ma vie, je constate le rôle pervers de la magistrature française qui encourage l'abandon des biens de certains justiciables si elle croit que ce sont des « fascistes » ou pour les besoins de ses magouilles maçonniques (j'ai deux frères francs-maçons).

La propriété privée, de n'importe qui qu'il soit industriel ou pur financier, est détournée de sa fonction et perd sa légitimité lorsqu'elle sert une ambition égoïste sans rapport avec le développement.

Il ne s'en suit nullement que l'industriel serait nécessairement quelqu'un qui utiliserait ses biens moralement et que le boursier et le banquier serait un nuisible. On peut imaginer un industriel qui utilise sa puissance financière immoralement (pour nuire à un concurrent, ou sans égard pour ses employés ou pour les clients), d'autre part la bourse en mettant de l'argent à la disposition de l'industrie et du commerce joue un rôle valable et moral au service de l'emploi et des consommateurs.

Le préteur de deniers ne prêtera plus si on ne le rembourse pas ou si on ne lui paie pas un intérêt en compensation de son sacrifice. Le vol (auquel s'assimile le non-remboursement des dettes) par des industriels ou des ouvriers de l'industrie n'en sera pas moins du vol. C'est pourquoi la situation de la France avec sa magistrature partiale et corrompue est très grave (je peux fournir des décisions de justice me concernant qui portent en elles-mêmes la marque de la corruption, je peux témoigner comme ancien avocat de la corruption des magistrats par passion idéologique ou influences maçonniques).

La plaisanterie de monsieur Attali n'est qu'une plaisanterie. La vente et l'achat seront finalement jugés par le client final (sans lequel il ne peut y avoir même de spéculation).

Le complotisme anti-capitaliste (de droite ou de gauche) est la plupart du temps le fruit d'un embrouillamini de notions et de raisonnements qui montre: le manque de sérieux de ses promoteurs et leur oublie de l'unité solidaire de l'humanité. Personne ne doit  être jugé par son appartenance à une catégorie professionnelle, mais selon ce qu'il a fait individuellement.

12.8.14

Monsieur Soral dénonce des hontes de l'humanité


Cette vidéo est intéressante en raison des faits historiques qu'elle relate et des mensonges qu'elle dénonce.

Cependant, je réprouve les façons de monsieur Soral lorsqu'il parle d'un vieillard de 97 ans.

D'une part, le vieillard doit être respecté parce qu'il est un vieillard. D'autre part, tout homme doit bénéficier de la présomption d'innocence. Enfin, il est pervers, contraire au but institutionnel du droit pénal de poursuivre un homme très affaibli par l'âge pour des faits qui remontent à 70 ans environ. Le but du droit, c'est la paix, ce n'est pas la guerre sous une autre forme.

L'antisémitisme me fait horreur. Je ne suis ni nationaliste, ni socialiste. Je ne souscris pas à l'analyse marxiste soralienne. Mais je suis catholique et Français. Donc, je m'efforce de ne pas fragmenter l'humanité dans la perspective (réelle, elle) de l'homme animal raisonnable créé pour l'autre monde, membre d'une seule famille: l'espèce humaine.

Donc, sur le fond, je ne suis pas d'accord avec monsieur Soral, mais je pense que l'on ne peut négliger son travail lorsqu'il apporte de faits et dénonce justement et intelligemment des mensonges et des haines qui font honte à l'humanité.

La magistrature française contre la liberté d'expression




Il n'y avait ni délit de blasphème ni délit de sacrilège en France. Madame Tasin adhère à la doxa de gauche par exemple sur l'affaire du chevalier de la Barre que j'ai déjà traitée sur ce blog. Cette doxa est mensongère et fait le lit de l'islam. Car la France a toujours vécu, au moins implicitement, sur la vérité de la liberté de religion.

Cependant, madame Tasin souligne à juste titre que la magistrature française pose de très graves problèmes. Tout comme madame Tasin, la magistrature ne saisit ni les fondements ni la portée des droits de l'homme.

Sur le fondement de la liberté de religion et de la liberté de pensée, de la liberté d'expression, toutes les religions peuvent être critiquées. Encore faut-il le faire rationnellement puisque nous sommes des animaux raisonnables.

Dire que l'islam est une "saloperie" n'est pas une insulte gratuite. C'est dire à peu près ce que le très regretté Benoît XVI enseignait dans son discours de Ratisbonne en rappelant les mots de Manuel II Paléologue :

« Montre moi ce que Mahomet a apporté de nouveau et tu ne trouveras que du mauvais et de l'inhumain comme ceci, qu'il a prescrit de répandre par l'épée la foi qu'il prêchait » 

Où est le progrès apporté par l'islam ?

Comme on ne peut que constater que l'islam n'apporte aucun progrès, on peut conclure rationnellement que l'islam ne peut être qu'une saloperie. C'est une opinion protégée par la liberté d'opinion.

7.8.14

La suspense a divinis du Père d'Escoto

On s'excite beaucoup sur les forum et blogs traditionalistes sur la levée de la suspense a divinis du Père d'Escoto.

Ce que ne comprennent pas nos amis Daoudal et Benoît-et-moi, ainsi que les posteurs du Forum catholique, c'est que la suspense a divinis est une sanction pénale.

Lever une sanction pénale (comme Benoît XVI a levé l'excommunication de Mgr Williamson) ne veut pas dire que l'autorité approuve le sanctionné ou qu'elle désavoue l'autorité qui avait infligé la sanction.

Le droit pénal est un droit d'exception (il n'est pas normal, il n'est pas naturel qu'un homme inflige une peine à un autre homme). Dans ces conditions la levée d'une peine ne signifie rien d'autre que la peine n'apparaît plus, compte tenu des circonstances, efficace, ou proportionnée, ou opportune.

Il n'y a donc pas de quoi s'exciter et/ou donner à croire que le pape François approuve les déclarations involontairement comiques de cet original de P. d'Escoto et que le pape serait du côté du Père d'Escoto.

6.8.14

Les "conservateurs" contre la France

Lu sur le Salon beige:

« le 4 août  1982 : dépénalisation de l'homosexualité en France. »

Cette légende est destinée à faire croire que la France est un pays d'abrutis qui pénalisait l'homosexualité comme les barbares le font encore. Heureusement que le grand Robert Badinter était arrivé pour éduquer les Français et les faire accéder à la civilisation...

Sauf que tout est faux dans ce récit.

Ceux que cela intéresse pourront lire mes posts qui rétablissent la vérité sur ce sujet.

Le Salon beige a bien enregistré deux commentaires (dont un de moi) qui démentent cet hoax des médias, mais le Salon beige continue imperturbablement à insulter la France. "Écris toujours, tu m'intéresses..."

La situation de détresse sans portée réelle

La loi de 1975 n'avait toléré la possibilité de l'avortement qu'en cas de "détresse" de la femme.

Mais la racaille qui nous juge avait décidé que seule la femme était juge de sa situation de "détresse". Ce qui dans les faits laissait la situation à l'arbitraire de la femme (ou dans la réalité, souvent de ceux qui font pression sur elle)

Voici ce que le gouvernement a soutenu devant le Conseil constitutionnel, lequel, sans surprise lui a donné raison:

« Enfin, le Gouvernement affirme qu'en supprimant cette référence, le législateur, dans le cadre de son large pouvoir d'appréciation, a souhaité mettre fin à une formulation dépourvue de réelle portée juridique, mais précise toutefois que le législateur n'a, en revanche, apporté aucune modification aux obligations juridiques qui régissent le recours à l'interruption volontaire de grossesse, et notamment à la période de douze semaines au cours de laquelle cette interruption peut être pratiquée, sauf si cette interruption est pratiquée pour motif médical. »

Le gouvernement a fait supprimer par le Parlement croupion la notion de "détresse" de la loi. Il prétend que puisqu'en réalité la situation de "détresse" n'était qu'une hypocrisie (pour faire passer la loi), on devait finalement supprimer cette notion pour instituer l'arbitraire complet et cynique.

Or les lois sont aussi éducatrices. La mention de la "détresse" avait donc une certaine utilité.

Pourquoi supprimer une mention sans portée pratique en excipant de cette absence de portée pratique ?

En réalité, cette mention avait une portée morale et pratique. Mais le gouvernement, le Parlement et les juges mentent.

Noter enfin que cette "loi" est intitulée "pour l'égalité réelle entre les hommes et les femmes". Égalité réelle ? Alors que le père ne peut que constater la décision de la femme et n'a aucun recours alors qu'il est le père ? Salopards menteurs et homicides !

1.8.14

Jean XXIII contre les déclarations des droits ?

Trouvé dans Pacem in terris:

« 78 - On ne peut, certes, admettre la théorie selon laquelle la seule volonté des hommes - individus ou groupes sociaux - serait la source unique et première d'où naîtraient droits et devoirs des citoyens, et d'où dériveraient la force obligatoire des constitutions et l'autorité des pouvoirs publics (52). »

En note on lit:

52. Cf. Léon XIII, lettre apost. Annum ingressi, Acta Leonis XIII, XXII, 1902-1903, p. 52-80.

C'est l'article 21.3 de la Déclaration universelle des droits de l'homme qui est visée:

« 3. La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ;  »

et aussi l'article 6 première phrase de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789:

« Art. 6. La Loi est l'expression de la volonté générale. »

Toutefois, notons que ce qui est condamné, ce n'est pas que la volonté du peuple ou la volonté générale seraient les sources de l'autorité civile et de l'autorité de la loi, mais que cette volonté serait la « source unique » de l'autorité. La source unique et première est la volonté de Dieu. 

Il serait donc possible d'affirmer que cette volonté (« du peuple » ou « générale ») est la source seconde et subsidiaire de la force obligatoire des lois et de l'autorité des pouvoirs publics, toutefois et toujours bien sûr, dans le cadre de « l'ordre moral » si cher à saint Jean XXIII, autrement dit dans le cadre de l'ordre public de la vérité, de la justice et de la solidarité.

Mon titre est donc à replacer dans son contexte.

« Saine laïcité » selon Lumen gentium

La doctrine catholique prône la « saine laïcité », « saine laïcité » à distinguer du laïcisme maçonnique.

Lumen gentium enseigne:
« De même, en effet, qu’il faut reconnaître à la cité terrestre, légitimement appliquée aux soucis du siècle, le droit d’être régie par ses propres principes, de même, c’est à juste titre qu’est rejetée la doctrine néfaste qui prétend construire la société sans aucune considération pour la religion et s’attaque à la liberté religieuse des citoyens pour l’éliminer [116]. »
En note on lit :
(…)Pie XII, Alloc. Alla vostra filiale, 23 mars 1958 : AAS 50 (1958), p. 220 : « La légitime saine laïcité de l’État.»

http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19641121_lumen-gentium_fr.html#_ftnref116

Donc, pour les laïcs « le droit d’être régi par [leurs] propres principes », c’est la saine laïcité qui a pour fondement un ordre impartial et juste éclairé par les valeurs de vérité, de justice et de solidarité.

Le laïcisme est un brigandage maçonnique, une embrouille contre la liberté du peuple.